Minerva project

15.00 

Catégorie :

Description

Le monde en 2127, à la fin de la guerre des dix ans : des états ruinés, une humanité prostrée et des milliers d’orphelins sans ressources. Noah et Dylan Elvson ont perdu leurs parents lors de la dernière offensive des milices révolutionnaires de Kholin sur New York.  Après un bref passage dans le centre de transit de Denhill, les autorités militaires les transfèrent, quelques mois plus tard, sur l’une des bases américaines de la colonie extra-planétaire martienne : Terre 2 Alpha où ils doivent offrir un travail en échange d’une éducation gratuite payée par Heavenlab, le conglomérat agissant pour l’état américain dans l’espace. Mais Terre 2 Alpha n’est pas qu’un avant-poste d’exploration. C’est aussi un centre d’expérimentations génétiques. Parfois la science peut fabriquer des monstres, des vrais. Le cauchemar ne fait que commencer…

 

Extrait 1 :

Noah et Dylan supportaient les vibrations de la ligne 76 du métrobus menant à Denhill, à l’extérieur de New York, depuis déjà une bonne demi-heure. Cette ligne ne souffrait d’aucune vétusté, mais les combats contre les milices avaient gravement endommagé les voies. Les deux frères devaient rester en transit à Denhill pour une durée encore indéterminée encore avant leur arrivée sur place ce 12 septembre 2126.

 

Dylan s’était endormi, la tête posée sur l’épaule de son frère, toujours une main sur ce vieux sac de voyage retrouvé parmi les ruines de leur immeuble victime de l’ultime offensive des milices révolutionnaires de Kholin avant leur reddition. Dylan tenait fermement la poignée du sac, craignant qu’un agresseur imaginaire ne vienne leur voler leurs dernières possessions, comme le rappel psychologique d’un traumatisme bien présent et désespérément récurrent dans sa mémoire ; insoutenable, même du haut de ses 13 ans. Noah, 17 ans révolus, le rassurait.

 

Doucement, Dylan pénétrait l’univers des songes, bercé par les secousses du métrobus. Avec un réalisme déroutant, les choses se formaient dans son esprit plongé dans l’onirique. L’attaque brutale se manifestait de nouveau à ses yeux. Les lycées et collèges avaient été évacués dans l’urgence. Dylan se revoyait courir avec Noah qui l’avait rejoint le plus rapidement possible. Les réseaux sociaux avaient fait circuler la rumeur d’un encerclement de leur quartier par des hordes de guerriers sauvages hurlant leurs cris contre l’État et considérant tous ceux qui ne les rejoignaient pas comme des ennemis potentiels. On disait, déjà, que plusieurs centaines d’habitants avaient été rassemblés sur le parking d’un des plus grands hypermarchés de la ville. Qu’étaient-ils devenus ? Nul ne le savait. Les deux seules informations sûres restaient la progression de l’armée américaine pour reprendre ce territoire provisoirement perdu et son objectif de mettre fin à une révolte sanguinaire qui opprimait la population plus qu’elle ne la libérait.

 

Dylan et Noah appartenaient à ces adolescents chanceux qui étudiaient à l’extérieur de leur quartier dans la banlieue de la ville. Leurs parents avaient considéré cela comme la chance que le destin s’était abstenu de leur offrir. Dylan se voyait parcourant les rues à la hâte avec son frère à ses côtés. Des bruits de tirs s’entendaient au lointain. L’objectif des deux frères restait d’atteindre l’hypermarché Slang pour vérifier si leurs parents avaient échappé à un massacre plus que probable. La précipitation empêchait toute réflexion. Dylan vivait la scène pour la énième fois. À leur arrivée dans le parking, l’amoncellement de cadavres qui s’y trouvait avait figé les deux frères avec une expression d’horreur dans les yeux. Hommes, femmes, enfants, tous entassés au milieu d’un flot rougeâtre témoignant d’une fusillade brutale atteignant le paroxysme d’une inhumanité criante au-delà des mots.

 

Auteur : Vincent Langlais

Référence : AVL001MIP101P

ISBN : 979-10-7000-206-3

Format : Papier

Taille : A5

Nbre de pages : 232

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Minerva project”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *