Le coeur d'un chat vagabond (Broché)

ImprimerE-mail
Note : Pas noté
Prix:
Prix : 10,00 €
Description du produit

La journée commence bien. Un camion fonce à pleine allure vers moi, heureusement je me fais rapidement sauver par un jeune homme aux yeux dorés.

Attendez !

Pourquoi a-t-il des oreilles de chat ? Pourquoi est-il poursuivi par des hommes en noir ?

Dans quelle histoire me suis-je embarquée ?

 

Extrait 1 :

La musique rythmée sifflait dans mes oreilles, faisant gesticuler ces figures d’encres et de papiers se tenant entre mes mains. Je ne pouvais pas m’empêcher de lire chacun des mots, qui sortaient de ces personnages fictifs, dans une cadence désordonnée au son de la pop Japonaise.

Bien sûr, une autre chose dansait sur ces chansons. C’était mes mèches blondes, qui flottaient grâce à la brise de l’après-midi. Celle-ci rafraîchissait l’atmosphère, rendant la caresse du soleil sur ma peau pâle bien plus agréable.

Les seules questions qui subsistaient dans mon esprit, par un temps pareil, ne venaient en rien du monde extérieur.

À cause de petits écouteurs, mon ouïe était quelque peu coupée des sons environnants. Même ma vue était nulle face aux êtres vivants autour de moi. Seul mon instinct me permettait de zigzaguer entre les gens qui marchaient dans la rue. Je les frôlais de peu, sans jamais dire un primitif « pardon ».

Ainsi, mon esprit était occupé par une unique pensée, sollicité à cause d’un mot lu dans une bulle blanchâtre. « Je t’aime ».

Comment, un tel mot, pouvait-il faire sourire deux êtres ?

Comment l’amour pouvait-il exister ?

Alors que je ne pouvais pas, moi-même, comprendre cette expression signifiant un sentiment ?

Certes, j’avais déjà « aimé » un membre de ma famille, surtout « lui ». Mais aucun homme n’avait pu arracher ces mots de mes lèvres. Non, aucun !

Pourtant, je ne détestais pas cette émotion, comme un personnage rejetant l’amitié, car il aurait vécu dans la solitude.

Cette pensée attisait même ma curiosité, comme si je touchais des doigts un livre que je ne pouvais pas ouvrir, mais que je convoitais par envie.

Ainsi, il m’arrivait de lire avec impatience des Mangas, ces livres illustrés, venant de la culture japonaise. Pour moi, seuls ces livres pouvaient retranscrire cette expression : la gêne, l’excitation, le mot, l’émotion. Ce qui me donnait l’impression d’ouvrir un peu une page de ce bouquin interdit, comme si je voyais la première feuille du livre. Cette page blanche saisissante.

Malheureusement, je me retrouvais interrompue dans mon rituel peu orthodoxe. Car derrière ces battements de corde de guitare et ces voix aiguës, j’entendis quelques cris peu perceptibles, troublants de ce fait, la vision de mon monde imaginaire. Agacée par ces saccagements oraux, je descendis brutalement mes écouteurs en tirant sur le fil. Puis, je me retournai pour fixer avec haine l’auteur de ces ravages.

Soudainement, le décor aux alentours se figea quand je vis le paysage qui se présentait à moi. Je compris très vite le pourquoi de ces hurlements. Et surtout, qu’ils m’étaient destinés.

Les yeux écarquillés, je voyais un camion ébène, fait de reflets bleutés, qui avançait vers moi dans une allure folle. Pire encore, ce véhicule fou avait quitté la route pour monter sur le trottoir, comme si cette chose était conduite par une créature maléfique qui cherchait à me viser personnellement.

Sur le coup, je demandai à mon corps de bouger, de fuir devant ce danger. Mais, il ne m’obéissait pas, comme si mes neurones avaient déjà calculé que courir à pleines enjambées ne sauverait pas ma peau. Il était trop tard… Je ne pouvais faire qu’une chose maintenant : « fermer les yeux ».

Oui ! Les fermer pour ne pas voir ma mort, pour ne pas fixer mon propre sang s’étalait sur le goudron. Juste pour oublier pendant un instant que mon trépas était devant moi. Que c’était la fin ! L’achèvement d’une vie de 16 années. En soi, une existence courte et brève, qui ne connaissait rien du monde.

Ainsi, je serrai le poing, puis je comprimai fortement ma mâchoire, et mes paupières. J’étais prête à subir cette collision ! Pourtant…

 

Auteur : Cassandra Bouclé

Référence : ACB002CVA101P

ISBN : 979-10-7000-033-5

Format : Broché

Taille : A5

Nbre de pages : 156

Commentaires des clients

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.

Mon panier

 x 
Panier Vide